Nombre total de pages vues

lundi 9 novembre 2015

FINI CE BLOG DE MERDE

Ce BLOG sera mis à l'abandonnons voir supprimée, plus aucun articles ne sera publier ou mis à jours.





 

samedi 26 septembre 2015

l'avant rencontre ou l'imagination de Léo

Et oui cette chipie de Lilou a encore frapper,a tel point que son homme n'a pue se résoudre qu'a envoyer sa chipie sur les genoux d'un fesseur inconnue et avec ce fesseur c'est sur Lilou recevra chaque fessées mériter fini ces petites magouilles..
alors voici un premier récit:

"l'avant rencontre ou l'imagination de Léo"
écrit par lui même



Voilà maintenant quelques semaines que Lilou a fait la connaissance d'un fesseur, prénommé Léo, sur les réseaux sociaux. Au départ ils s'envoyaient quelques messages, puis, au fil des jours et des conversations, une réelle affinité s'est créée et ils prirent tous deux beaucoup de plaisir à échanger.
Ils parlaient de tout et de rien , de la pluie, du beau temps, de leurs activités respectives, de leurs occupations ...
Lilou, digne représentante de la gente des chipies, prenait un malin plaisir à titiller Léo. Oh la plupart du temps, cela restait bon enfant, et ce fesseur aimait beaucoup blaguer lui aussi. Seulement voilà, un beau jour les propos de Lilou dépassèrent ses pensées, elle était allée trop loin. Elle s'en aperçut immédiatement mais il était trop tard. Léo avait la ferme intention de sanctionner cet écart et il ne s'en priva pas. La jeune fille  obtint une punition dans la foulée. Elle consistait à rendre, dans un délai imparti, 200 lignes manuscrites.







Deux jours plus tard, le délai fixé par le fesseur arrivait à son terme et Lilou décida alors de prendre ces lignes en photo et de les envoyer à Léo. Ce qui ferait office de preuve de la bonne volonté de la demoiselle et surtout du bon respect de la punition. Lorsque Léo reçu cette photo, son premier sentiment était la satisfaction d'avoir affaire à une chipie qui assume ses sanctions. Mais très vite, après un bref contrôle de nombre de lignes, il s'aperçu de la supercherie. Eh oui, cette chipie n'avait envoyé qu'un partie des lignes demandées. Dans la foulée, Léo envoya un message à Lilou en indiquant qu'il devait y avoir une erreur ou un oubli. Ce à quoi la jeune fille répondit qu'elle avait effectué correctement cette punition et qu'aucune erreur n'apparaissait .
- "Ne pas respecter une punition est déjà une erreur sanctionnable, Lilou, mais tu aggraves sensiblement ton cas en mentant effrontément !" dit Léo
- " mais, je ne suis pas en train de mentir, la punition est faite! N'en parlon plus!" répondit Lilou sur un ton particulièrement inapproprié pour les oreilles d'un fesseur ...
- "Comme ça , tu te permets de répondre sur ce ton, Lilou ? Sais-tu ce qui va t'arriver ?
- "Non! dis le moi !"
- "Nous allons nous rencontrer très prochainement, et je t'expliquerai en face ce que j'attends de toi lorsque tu es punie. Après cela, tu recevras une bonne fessée pour t'apprendre à mentir et à te comporter de la sorte !  Est-ce compris, jeune fille ?"
Lilou venait de s'apercevoir qu'elle était allée trop loin et que Léo était à la fois agacé et décu de ce comportement. Elle s'en voulu immédiatement.
"Oui c'est compris Léo je suis désolée :( "
La date de la rencontre approchait à grands pas, et Lilou se rendait coupable de diverses bêtises plus ou moins sans importances à ses yeux ... à ses yeux seulement ...
Le jour J arriva et le rdv était fixé ce matin là dans un hôtel parisien. Léo  attendait patiemment sa chipie. Cette demoiselle arriva à l'heure et ils se saluèrent. Lilou était stressée cela se voyait à son attitude, mais Léo la mit rapidement à l'aise. Ils prirent un petit déjeuner ensemble qui permis à la tension liée à la rencontre de s'estomper considérablement.
- "Bon Lilou, allons dans ma chambre, nous devons discuter tous les deux"
- "Je croyais que tu avais oublié, Léo :( très bien allons y"
Une fois dans la chambre, Léo fit asseoir Lilou sur le lit. Il prit place sur une chaise en face d'elle.
- "Tu vois, Lilou, il est très important de respecter une punition, mais ce qui est encore moins acceptable, c'est de me mentir effrontément et de me faire tourner en bourrique"
- "Je sais que tu as été déçu de mon comportement, excuses moi , je ne recommencerai plus , c'est promis :( "
- "Oui tu m'as déçu Lilou, je t'ai promis une bonne fessée et je tiens mes promesses"
Léo prit lilou par le bras et lui indiqua le coin afin de la faire réfléchir  quelques minutes aux conséquences de ses actes.

Pendant ce temps il s'installa sur le bord du lit. Il invita la jeune fille à le rejoindre, ce qu'elle fit sans broncher.
- "Maintenant Lilou, tu sais que tu as mérité cette fessée, allonges toi sur mes genoux . "









Lilou attendait avec une certaine anxiété que Léo ne débute la fessée. Elle ne tarda pas à sentir les premières claques tomber sur son postérieur, toujours protégé par sa jupe et sa culotte. La première série lui paru moins pire que ce qu'elle craignait, elle se détendit quelque peu.
Au bout de quelques minutes, Léo saisit le bas de la jupe de sa chipie et la remonta afin de découvrir un fessier qui n'était maintenant plus protégé que par une petite culotte blanche.
Il recommença de claquer le postérieur de Lilou avec plus de vigueur cette fois, il sentit la demoiselle se crisper.  Cela ne l'empecha pas de poursuivre sa mission. La blancheur initiale des fesses de la jeune fille avait disparu.
Au moment où son fesseur allait la déculotter, Lilou aggrippa sa culotte par sa main droite.













 Ce qui n'eut pas l'effet escompté par la demoiselle. Léo, lui mit quelques claques appuyées sur les cuisses. La main de Lilou reprit sa position initiale, et le fesseur put déculotter sa chipie sans encombre.








Les séries qui suivirent sur les fesses nues, parurent bien longues à Lilou, mais c'était pendant ces instants, certes difficiles à supporter, qu'elle comprit que son comportement devait changer.
Léo libéra la jeune fille et l'accompagna au coin. Elle baissait la tête, les yeux remplis de larmes qu'elle avait contenues jusqu'ici.







Après quelques minutes, Léo permis à sa jeune fautive de se rhabiller. Elle était entièrement pardonnée et l'estime qu'il avait en elle n'en était que renforcée. Il l'entoura de ses bras pour la réconforter. Lilou échappa un profond soupir et promis de ne plus recommencer ...

A suivre.. 
"le ressentit de Lilou"

mardi 8 septembre 2015

Feu rouge !


Il y a peu, la jeune Lilou avait décidé de s'inscrire dans une auto-école afin de passer son permis. Son homme, très fier d'elle, l'avait vivement encouragée dans cette voie. Non sans lui rappeler qu'elle pourrait compter sur son soutien pour l'aider, mais que, bien sûr, il faudrait qu'elle travaille sérieusement (ce qui n'est pas son fort ) son code, même une fois la rentrée passée. Ce qu'elle promit, bien évidemment. Un mois avait passé et, tous les matins, sérieusement, Lilou partait sur son vélo jusqu’à la salle de code et les résultats suivaient. Mais, quelques jours plus tard, il remarqua comme un léger relâchement de la part de sa petite chipie avec des résultats en baisse. Alors, son bourreau merveilleux chéri très intentionné (rires) décida de la motiver un peu plus et d’établir un barème : - Ma puce, tu m'as habitué à beaucoup mieux : il faut que tu révises. Et puisque tu m'avais habitué à cela, j'exige de ma petite princesse qu'elle fasse moins de 10 fautes. C'est compris Lilou ? - Mais nooon ! Mon chéri, s'il te plaît, je vais réviser, promis ! - Oh que oui, tu vas réviser ! C'est sûr… sinon, tu auras de vives retrouvailles avec qui tu sais! - Mais ... NON .. pas la cravache ! dit-elle, penaude. - Oh si, Lilou : la cravache ! Plus de 10 fautes et c'est une cuisante fessée suivie de 10 coups de cravache par faute supplémentaire . - OooOh .. Alors, Lilou décida de bûcher sérieusement. ( bah oui, elle avait très peur pour la peau de ses fesses… rires). Jusqu'au jour où, plus préoccupée par leur départ en vacances que par son code, elle fit deux séries médiocres : 12 fautes à la première et 14 à la deuxième. Lorsqu'elle compta ses fautes après la correction, elle se décomposa et repensa à ce que son cruel et tendre époux lui avais promis si elle ne travaillait pas. Elle enfourcha alors son VTT et rentra pas rassurée du tout, en prenant le plus de temps possible pour rentrer. Une fois rentrée, Lilou évita à tout prix le regard de son homme (elle savait que son regard la trahirait, qu’elle n’oserait pas le regarder dans les yeux sans avoir envie de fondre en larmes ) en essayant de se trouver des occupations. - Bon.. Moi je vais réviser un peu .. - D'accord ma chérie fais donc …. Mais, dis moi .. ça c'est bien passé ? - Hinhin - Lilou ? - Oui mon cœur ? - Raconte moi, sil te plait : ça m’intéresse . - .. - Lilou ..... ma chérie combien as-tu fait de fautes aujourd’hui ? - Euh .. et bien 12 et 14 . dis elle d'une voie à peine audible - Hum. tu sais ce qu'il va se passer, jeune fille . Je t'ai observée : tu n'as pas révisé depuis 2 semaines. - Mais ... nooooon ... sil te plaît… je vais au code tous les jours c'est déjà réviser ça … - Non Lilou ! Ce n'est pas réviser. Tu n'as pas ouvert ton livre depuis 2 semaines. Vexée d’être prise devant le fait accompli, la chipie prit comme à son habitude la plus mauvaise décision et répondit effrontément : - SI ! Alors lâche moi avec ça !. Tu me gooonfleuuh ! - Pardon Lilou ? Non seulement tu me mens, mais en plus tu me manques de respect ?! - Alors là, ma petite chérie . il va t'en cuire ! Ni une ni deux, il l'attrapa par le bras et la courba contre la table.








La pauvre petite Lilou eut beau protester et se débattre, rien n'y fit. Son homme, excédé par ce comportement ne lâcha rien et commença la fessée à toute volée sur sa petite robe d’été. Les claques étaient fortes, puissantes, sonores et cuisantes. Elle essaya de toute ses forces de se redresser mais en vain.. Elle était trop bien maintenue par son tortionnaire tendre époux. Il continua à la fesser durement ainsi jusqu’à ce qu’elle soit calmée et la redressa. Un ordre ferme auquel elle ne put se soustraire sonna : - Enlève ta robe Lilou ! Et file au coin je ne veux plus te voir : tu as été insolente et décevante ce matin ! Je suis extrêmement déçu, jeune fille . Elle s’exécuta en pleurant à gros chaudron.













Il la laissa ainsi pendant une heure sans qu’elle ne pipe mot, impressionnée par la soudaine et inattendue sévérité de son fiancé.












- Lilou, viens par ici ! Tout en lui baissant sa culotte énergiquement, il la sermonna : - A partir de maintenant tu as intérêt à réviser très sérieusement, que se soit le code ou tes cours ! Et surtout, ne t'avise plus de me parler sur ce ton là ! Suis-je clair ?! - Oui c'est très clair. Pardon, dit-elle, penaude, sa voix entrecoupée de gros sanglots. Il l'allongea alors sur ses genoux et recommença à la fesser, fermement, en cadence, et la sermonna en ponctuant chaque fin de phrases par une claque plus ferme. - J'en ai assez, Lilou de ton insolence ! CLAC Que tu me défies con-sta-ment ! CLAC Que tu négliges tes révisions ! CLAC Que tu joues les petites effrontées ! CLAC Tu me promets que tu vas faire des efforts? - Oui oui oui mon chéri . Je te promets ! Je vais réviser et je serai plus sage . Aïe ! Promis. Aïe ! Il arrêta alors la fessée : - Bien. Alors maintenant, tu vas aller te pencher sur le bureau en me copiant soixante fois : Je dois réviser mon code si je veux l'obtenir . - Maiiis ! Ca va pas non ! Tu me vois copier des lignes moi comme une .. Il la coupa sèchement : - Oui Lilou ! Oui tu vas copier ces lignes comme une vilaine gamine qui désobéit que tu es ! Elle souffla juste assez fort pour qu'il entende: - Je te déteste ! Tyran ! - Tu me détestes, Lilou ? Se rendant compte de la grosse bêtise qu'elle venait de dire, et, de peur de le vexer, elle répondit : - Non, c'est bon. Excuse-moi, je le pensais pas . - Bon.. Alors tu obéis ou je la double ? - Oui dit-elle d'un air bougon. - Lilou ?! Je t'ai posé une question ! Il serait plus poli d'y répondre, jeune effrontée ! - Oui, j'obéis répondit-elle vaincue . - Bien.. Une fois la position adoptée, elle commença à copier les lignes, chacune étant ponctuée d'un coup de cravache bien senti . Elle ne put se retenir de se redresser à chaque coup, tant la douleur était intensément cuisante . - Aie ! ça pique ! Ça brûleuh ! Ça fait maleuuh ! - C'est ce qui arrive aux jeunes insolentes ! Reprends donc ta position. Elle reçut donc soixante lignes de feu sur ses fesses qui se marquèrent vite de sa couleur préférée : le violet . C’était la première fois que notre chipie nationale gardait des traces d'une punition . - Bon... Maintenant rhabille-toi ! On sors. Tu te souviens ? - Quoi ?! Mais non ! On ira demain ! On peut pas là ! - Oh si Lilou ! On y va aujourd’hui, maintenant même ! Et tu les essaieras les maillots de bains, que tu le veuilles ou non ! Et je veux tous les voir ! Cela t'apprendra, tiens ! - Mais bébé .. Non sil te plait . - Lilou, dépêche-toi si tu veux pas une deuxième série ! Elle s’exécuta à contrecœur tout en boudant . (ah cette Lilou ...) Elle essaya donc plusieurs maillots de bains en les montrant à monsieur qui n'en perdit pas une miette... Lilou opta donc pour un maillot short pour cacher les traces qui témoignent de ses fâcheuses habitudes de ne pas travailler et de répondre .. Bizarrement depuis cet épisode, Lilou stagne sur 5 fautes.

mercredi 2 septembre 2015

Jackpot 2

Il était une fois deux jeunes femmes assez réputées pour leurs attitudes de chipie

D'un côté il y avait Lilou, cette nouvelle blogueuse avec une plume pleine de promesses, mais très indisciplinée, et de l'autre Lee cette Funambule toujours entrain d’entraîner ses amies dans ses âneries.

Toutes deux aimaient jouer avec les mots, telle une danse, en essayant de partager leurs plaisirs charnels; et appréciaient de prendre le temps d'écrire de jolis récits pour les quelques lecteurs qui amicalement passaient sur leurs blogs, afin de partager cette passion commune des lunes pourpres. 

Plus le temps avançais, plus elles sympathisaient et appréciaient de se laisser des commentaires, voir des mails pour discuter de tout un tas de choses, et féliciter l'autre quand l'un de ses récits plaisait.

Un jour, alors que Lee promettais une récompense pour celui qui déposerais le énième commentaire sur son blog, Lilou involontairement fût la grande gagnante.

 Ravie, elle venais de remporter un récit sur mesure made in Lee

Pas peu fière, elle prit patiemment le temps dé répondre aux questions de Lee, qui voulait cerner ses attentes et lui offrir un écrit qui elle l'espérait l'emporterais le temps d'une lecture, dans un fantasme troublant.

 Seulement, cette jeune chipie de Lee, bien qu'étant honnête, était comme à son habitude très mal organisée, et plus le temps passait, plus Lee promettais de se dépêcher de lui offrir publiquement son histoire sur mesure, moins Lee trouvais de temps pour le faire

A sa décharge la double formation de Lee, représentait une grosse charge de travail...

Mais les choses s'éternisaient... Pourtant cela lui faisait si plaisir d'offrir ce petit cadeau à Lilou en guise de remerciement pour tout son soutient, mais aussi parce que Lee appréciais d'avoir sympathisé avec elle. Mais la bonne volonté ne fait pas tout, il faut s'y atteler.

Quand le nouveau Monsieur de Lee appris cela, il intima vivement à Lee de tenir ses engagements, mais malgré elle, elle laissa les choses trainer, et légitimement après plusieurs mois, Lilou s'impatientait.

A force d'échanges de commentaires, Lilou fût contacté par le Monsieur de Lee, qui lui demandais si elle avait des nouvelles de son récit.

Au départ un peu étonnée, notre jeune gagnante, reconnue qu'elle attendais toujours sa récompense... Et plus le Maître de Lee, insistait, plus Lilou se laissais aller à dire que le comportement de son amie envers elle était loin d'être correct.

Maître Spanklee, contrarié de l'attitude de sa petite soumise, la menaça d'une cuisante fessée, qu'il s'engagea à lui donner.

 Mais cette chipie de Lilou, lui dit que cela ne la dédommageais en rien pour le préjudice causé et cette attente interminable. 

Alors, après une longue réflexion, Maître Spanklee, promis à Lilou que si Lee ne trouvais pas le temps urgemment d'écrire un récit, Lilou serait invitée à assister à la punition... Lee qui n'avait jamais reçu de fessée réellement punitive en public sentie son cœur faire des bonds dans sa poitrine à cette idée, malheureusement la frayeur d'être ainsi punie n’eus pas gain de cause et la sanction tomba après près de six mois d'attente pour un malheureux récit, Lee recevrais la fessée en présence de Lilou, invitée en compagnie de son fesseur.

Lee eut beau supplier son tendre Maître, il ne céda pas, même lorsque Lee eut terminé le récit.






Le rendez vous fût pris à l'automne, juste après la rentrée, au cœur des ruelles Parisiennes autour d'un café.

 Maître Spanklee et sa petite chipie arrivèrent un peu en avance, et s'installèrent en terrasse.

Lee se sentait à la fois impatiente de rencontrer Lilou, et troublée et apeurée d'être punie ailleurs que dans l'intimité de son couple... Mais elle avais trop tiré sur la corde et la patience de son amie, elle le savait... Lilou finit par arriver avec son Monsieur avec près d'un quart d'heure de retard. 
Naturellement nos deux chipies se firent la bise, et se mirent à papoter comme si elles se connaissaient déjà.

 Au passage, le Monsieur de Lilou s'excusa pour leur retard, en précisant que Lilou n'arrivait pas à remettre la main sur ses clefs, et que c'est cela qui les avaient mis en retard. 

Lilou rougie discrètement espérant que cela ne lui coûte pas la peau des fesses au sens littéral du terme. 

Après une bonne heure très agréable à siroter une boisson fraîche sur la terrasse, Maitre Spanklee invita toute la petite troupe à le suivre.

Lee marchais sur le trottoir en compagnie de Lilou, un peu au ralentit, ses jambes flageolaient un peu comme si elles étaient en coton, l'approche imminente de cette fessée publique la troublais terriblement; autant qu'elle la craignais. 

Devant, ces messieurs marchaient bon pas, en discutant de l'éducation de ces demoiselles qui demandaient parfois beaucoup de patience.

Lilou voyant que son amie se décomposais au fil du trajet, en profita pour la charrier sur la fessée qu'elle allais recevoir:

- Ah ma petite Lee, tu vas recevoir une sacré fessée, j'en suis sûre...

- Oui ben ça va je sais, c'est à cause de toi ça !

- J'aimerais pas être à ta place dit-elle en riant. Et puis comment ça à cause de moi ? C'est toi qui depuis 5 mois me fait poireauter avec cette histoire de récit...

Oui je sais... Mais c'est toi qui à insisté auprès de mon Monsieur, vilaine ! Gronda Lee en lui tirant la langue.









Lilou se mit alors à trottiner en sautillant sur le trottoir et en chantonnant de manière à narguer Lee:

 "La fessée c'est pour qui ? Pour qui avez vous dit ? Pour Mam'zelle Lee ? Oh ouiiiiii" 

continuais t'elle en boucle. Elle sautillais en regardant Lee qui marchais derrière elle d'un air goguenard en chantonnant, et à force de ne pas regarder devant elle, Lilou entra en collision avec son Monsieur qui s'était arrêté.

Il l'attrapa sévèrement par le bras:

- C'est pas bientôt fini oui... Sinon j'en connais une autre qui va la recevoir la fessée...

En une seconde Lilou se décomposa.

- Non... c'est pas juste... je me calme promis.

- Tu es sur ? Demanda t'il sévèrement.

- Oui promis dit elle d'une petite voix.

- Tu as intérêt à te tenir à carreaux... Je t'ai à l’œil... Tu devrais soutenir Lee plutôt... et méfie toi parce que tu as une fessée en sursis je te rappelle... Car pour la millième fois tu avais encore égaré tes clefs au lieu de les ranger à leur place, ce qui à fait que nous sommes arrivés en retard je te rappelle... Donc je te conseille vivement d'être discrète comme une souris cette après midi, si tu ne veux pas te retrouver la culotte aux chevilles !

- C'était juste pour l'embêter un peu, comme le font les chipies entre elles.... souffla Lilou essayant d'attendrir du regard son Monsieur qui fronçait les sourcils.

Ces Messieurs soufflèrent exaspérés et nos quatre comparses reprirent leur chemin paisiblement.

 Arrivée dans l'appartement de Lee, Maitre Spanklee lui demanda d'installer les invités dans le canapé, et de leur servir à boire, ce qu'elle fit sagement ce n'était pas le moment d'en rajouter... A peine elle s’exécuta, que son Maitre lui intima d'aller au coin. 

Tout à coup Lee sentit une vague d'angoisse l'envahir:

- Oh nan... geint t-elle... Pas le coin devant les invités... dit elle en se tortillant... S'il vous plait... 

Son Maitre se leva et s'approcha sévèrement d'elle, et par automatisme Lee mis ses mains pour protéger ses fesses, cachées sous une jupette à motifs noirs et rouges.




- Enlèves tes mains immédiatement.


L'ordre ne laissais aucune place à la négociation et penaude Lee les enleva. Monsieur lui assena une énorme claque sur les fesses.

- Maintenant tu vas au coin et tu obéis, tu es punie... Est ce que je suis clair ? 

- ... 

Une deuxième claque s'abbatit sur ses fesses.

- Oui Maitre... c'est clair dit elle à voix basse, n'osant plus lever le bout de son nez de peur de croiser son regard ou celui des invités qui n'en loupais pas une miette.

Lee fila donc au coin pendant quelques minutes durant lesquels son Maitre vint déposer un baiser sur son front, tout en relavant sa jupe. Elle entendis une chaise être tirée au centre de la pièce, et quelques secondes plus tard la sentence tomba:

- Lee viens ici.... 

Sans se faire prier, elle vint à pas penaud face à Monsieur qui sans hésiter l'allongea sur ses genoux.

Lilou s’enfonça dans le canapé tout contre son Maitre à la fois captivée par ce qui se déroulais sous ses yeux, pleine d'envies, et en même temps inquiète pour son amie qui allait passer un sale quart d'heure, tout à coup Lilou n'avait plus du tout envie de la provoquer. 

Elle sentit même le besoin de resserrer ses cuisses, étant donné le trouble qui s'insinuait délicieusement en elle

La fessée commença sur le collant de Lee, à la main, sévère, lent.

Elle essayais de ne pas bouger et d'être le plus digne possible. Mais très vite le collant rejoint ses chevilles, l'impact s'accéléra, et la douleur de la fessée devint plus difficile à gérer. 






Qui plus est, Monsieur la sermonnais vivement, et sentant sa déception, Lee sentais son cœur se gonfler de larmes, non pas par douleurs, mais elle ne supportais pas de sentir son Maitre adoré fâché après elle, encore mois hors de leur intimité à deux:

Lee, ton comportement représente l'éducation que te donnes ton Maitre, et lorsque tu ne tient pas tes engagements, c'est moi que tu mets en cause... tu as consciences de cela ? 

- ...  

- Tu entends dit -il en continuant à lui claquer les fesses encore plus vivement tandis qu'elle commençais à geindre malgré elle.

- Uhhh... Oui...

- Oui qui ?

- Oui Maitre. Dit elle le souffle saccadé.

- Je ne veux plus jamais que ça se reproduise, est ce que c'est clair ?

- Oui... uhhh Oui... aïe.. Maitre. Ajouta t'elle en commençant à gigoter.

La fessée finit par s'arrêter au grand soulagement de Lee qui était au bord des larmes.

- Relèves toi...
  
Elle s’exécuta et sentais à présent ses fesses dégager une chaleur cuisante sous sa jupe.

- Face à moi... voilà.
  
Maitre Spanklee plongea son regard dans le sien et commença à descendre lentement sa petite culotte, un sourire un brin sadique au coin des lèvres, mais Lee surprise l'en empêcha.

- Non !

- Pardon... ? Tu me dis non à moi ? Retires tes mains toute de suite.

- Non non il y à des invités je vous en prie, dit elle en se dandinant d'un pied sur l'autre. 

- Dit moi encore une fois non et je te gifles.

- Mais c'est bon j'ai été punie dit elle toujours en tenant sa culotte suppliante et de plus en plus honteuse.

-  Rappelle moi comment se donne une fessée Lee ?
Lee sentit une nuée de papillons l'envahir de la tête au pieds, elle en devint muette.

 Une claque sèche s'abbatit sur sa cuisse

- Lee réponds.

- Sur les fesses. 

- Bon enlève tes mains, tu me fatigues souffla t'il exaspéré. 

- Mais Maitre...

Son Maitre la coupa et pris une grosse voix:

- Lee ! Une fessée se donne déculottée et la tienne est loin d'être terminée ! et oui crois moi nos invités vont te voir sanglotter sur mes genoux, cuisses écartées, ton petit sexe luisant, comme une salle gamine, pour que tu ai la honte de ta vie et que TOI  tu ne me fasse plus jamais honte en ne tenant pas tes engagements en temps et en heure ! Mais puisque tu ne veux pas écouter,dit il en retroussant sa manche, tu te mets de suite à genoux face à moi...

Maitre Spanklee ne rigolais plus du tout, et Lee sentait  les larmes lui monter,elle n'y couperais pas, elle sentit son sexe se contracter... Elle descendit alors sa culotte immédiatement, suppliante/

- Voilà c'est bon? elle est descendu, je vous en prie...




Il prit alors fermement son menton, avec délicatesse:

- Lee, je ne veux plus t'entendre dit-il froidement mais calmement.
 Plus un mot...Tu n'avais qu'à obéir tout de suite... Si tu ne veux pas que je demande à nos invités de venir t’administrer cette fessée avec moi, tu te calmes tout de suite. Est ce que c'est clair ? Sinon croit moi tu vas le regretter amèrement...
  
Lee avait le souffle coupé, il était rare qu'il soit aussi sévère.. D'un autre côté Lee avait bien conscience que pour l'instant son comportement n'avait pas été exemplaire, et que son Maitre commençais à être réellement déçu...

- Oui... Maitre.. C'est très clair souffla t-elle d'une voix à peine audible.


Les yeux de son Maitre si aimants et sévères en même temps la firent presque vaciller, lorsqu'il relâcha enfin son menton. 

Sans se faire prier, elle remonta sa culotte noir en dentelle, et se mit à genoux. 

Tendrement dans un silence religieux, il lui caressa la joue en relevant ses cheveux en arrière, et en indiquant à Lee tendrement de tenir sa tête bien droite... Elle le savait, elle allais prendre une gifle... Alors une larme coula sur sa joue... Il l'essuya, sentant le souffle de sa chipie se saccader, en même temps que leur trouble commun montait, il leva bras et tout à coup...




- Non arrêtez ! Lilou avait bondi du canapé. Non c'est bon, c'est bon je lui pardonne...

- Lilou ! S'exclama son Monsieur.

Lee était touché par le geste de son amie, mais elle ne lui en voulais pas, elle avait poussé son Maitre à bout toute seule, et en public qui plus est; elle savait pertinemment qu'elle risque elle avait pris, en refusant ainsi d’obéir. Lilou n'y étais pour rien. 

- Lilou repris son compagnon. De quel droit tu interviens dans la punition d'une autre chipie, tu n'a pas honte.... Tu n'est là que pour assister à la punition de ton amie, que tu as toi même exigée... Après l'avoir nargué... Rassied toi immédiatement ! 

- Non !


Lee intervient:

- Lilou  ne soit pas bête va t'asseoir, tu vas te faire punir, ne t'en fait pas, je sais que je l'ai mérité, dit elle, tristement en jetant un regard en coin à son Maitre qui la regardais d'un œil bienveillant.

- Lilou viens t'asseoir , répéta son homme.

- Non je reste debout par soutien pour Lee, dit elle avec effronterie.

Maitre Spanklee ajouta :

- En tout cas ma chère Lilou, vos fesses ne perdent rien pour attendre...

Lilou surprise, tout à coup se sentit toute troublée qu'un autre homme que son Monsieur la menace ainsi de lui fustiger le fessier
Maitre Spanklee repris, n'appréciant pas d'avoir été interrompu:

- Bon Lee reprenons, je ne veux plus que tu me désobéisse lorsque je te punie, est ce que c'est bien compris ?

Lee sentant à nouveau son sexe s'humidifier, et son estomac se nouer, reprit la position demandée, et baissa les yeux.

CLAC. Sans plus attendre, son Maitre venait de lui mettre une gifle

Quand il faisait ça, Lee à la fois avait envie de lui bondir dessus, et en même temps son excitation était à son comble.

Lee ne prenait quasiment jamais de gifle, mais cela avait le dont de la destabiliser, l'aider à s'abandonné sur les genoux de son Maitre et lui faire prendre un plaisir étourdissant.

 Elle se sentit sonné quelques instant et se frotta la joue, mes yeux embués de larmes. 

- Relèves toi, lui dit-il avec douceur.


Pendant ce temps le Monsieur de Lilou s'était levé, l'avait empoignée par la main, et lui avait coller fermement les fesses dans le canapé, en lui chuchotant à l'oreille, mais assez fort pour que pour Lee et son Maitre entendent aussi:

 "Tu ne perds rien pour attendre ! Tu auras une fessée pour cette effronterie ! Tu ne bouges plus de ce canapé".

 Lilou ne répondit pas, ne souhaitant pas que son Maitre ai l'idée à son tour de la fessée ici. 

Pendant ce temps Maitre Spanklee avait basculer Lee sur ses genoux:

- Tu vois Lee... J'en ai marre que tu sois désorganisée... dit il en reprenant sa fessée sévèrement sur ses fesses désormais nues.. Tiens écarte les cuisses lui dit en glissant sa main pour vérifier l'humidité de sa chipie... C'est mouillée Lee dis moi...CLAC, CLAC.

Lee était morte de honte d'être ainsi exposée devant leur invités. Son Maitre repris sévèrement la fessée. 

- Je suis vraiment déçu Lee, tu es toujours en retard, c'est comme ça que je t'éduques?

- Non dis t-elle... Aie ça fait mal...uhhh... 

Les claque était fortes, rapides, s'alternait sur ses fesses, elle tenta de dégager sa main fermement maintenue dans celle de son Maitre, au bas de son dos, mais rien n'y fit...

- Crois moi que tu vas pleurer à gros sanglots, jeune fille... Tu doit apprendre à tenir tes promesses sinon cela veux dire que je ne peux pas te faire confiance... 

Les derniers mots de son Maitre eurent raison d'elle, et elle se mit à pleurer, à sangloter, oubliant tout dignité...

- Non... uhh... vous pouvez me faire confiance... promis ... uhhh je tiendrais mes engagements... je m'organiserais mieux... sa voix se perdit dans ses larmes.



La fessée se ralentit un peu, et Lee se laissa, épuisée et honteuse, complétement choir sur les genoux de son Maitre... Il lui administra encore dix claque bien senties, et la redressa doucement...

- Va t'excuser culotte aux chevilles, auprès de Lilou...

Lee s’exécuta sans oser lever les yeux... Au point où elle en était... 

- Lilou... Je suis vraiment désolée... C'est pas que je voulais pas hein.. Mais je manque de rigueur et des fois la vie tu sais... Je suis désolée...
  
Alors Lilou tapota l'épaule de son amie:

- Tu es pardonnée, je t'en veux pas, c'est moi qui suis navrée pour tes fesses... dit elle d'une moue contrite.

Et en direction de Maitre Spanklee, Lilou fronça les sourcils et un brin taquin ajouta:

- Bouhhhh le vilain Maitre de Lee... 

- Lilou ! s'exclama une fois de plus son Monsieur, c'est la fois de trop !


Et ni une ni deux il renversa sur le canapé, sur ses genoux, souleva sa jupette sans prendre de pincette, et la fessa à pleine mains. Lee était stupéfaite...




- Mais c'est pas juste souffla Lilou un peu sous le coup de la surprise et pas très sure d'elle..

- Lilou tu te tais... Tu veux me faire honte aussi...

- Mais j'ai rien fait ! S'insurgea t-elle.

Son Monsieur la redressa fasse à lui vivement.

Lee qui était retournée s'asseoir sur les genoux de son Monsieur ne manquais rien de ce délicieux spectacle, tout en se faisant cajoler. 

A cette instant Lilou lui tournais le dos, et son délicieux fessier légèrement rosé, avait quelque chose de fort troublant. 

- Lilou dit son Monsieur froidement, regarde moi dans les yeux en me disant que tu n'a rien fait, vas y...

Tout à coup Lilou ne pipai plus mot... Et son estomac faisait d'immense loopings à l'intérieur de son ventre, elle osais à peine levé les yeux vers son bien aimé, malheureusement pour elle, son fort caractère, et sa fierté lui firent prendre la mauvaise décision:

- Non .. J'ai rien fait... Dit elle doucement pas tout à fait sûre d'elle. 

Son Monsieur repris:

- Très bien et tu es de mauvaise foi en plus... 

Il semblait déçu... et Lilou regretta immédiatement ses paroles.

- Maitre Spanklee interrogea le Monsieur de Lilou, auriez vous, une bonne brosse à cheveux ou cravache à me prêter par hasard ?

- Mais tout à fait, Lee va se faire un plaisir de vous apporter cela.

Ni une, ni deux, Lee s’exécuta lentement, se sentant aussi angoissée pour son amie que si c'était elle qui allais être fessée, la brosse à cheveux ça ne rigolais plus du tout.

 Lee opta pour la cravache sachant que son amie était plus habituée à l'impact du cuir que de sa grosse brosse en bois, si douloureuse. 

Solidarité "chipinesque" oblige.

Quand Lee revint dans la pièce, Lilou était penchée par dessus le bras du canapé, boxer bleu aux chevilles, et ne pipais plus un mot








Le Monsieur de Lilou remercia Lee pour la cravache et demanda à sa petite ingénue de compter les coups.


SCHLAK

- 1, merci mon chéri.

SHCHLAK

- 2, merci.. uhhh .. mon chéri...

Et cela se poursuivi jusqu'à 30, et Lilou commençait à vraiment avoir le derrière qui lui cuisait.

Plus le nombre de coup avançais, plus la voix de Lilou se faisait saccadé, gémissante et haletante.

Lee se sentais toute chose. 

A la fin les fesses nues de Lilou se dandinaient sur le canapé laissant entrevoir toute son intimité. 

Son Monsieur la rallongea alors sur les genoux, sans un mot très concentré. Lilou gigotais et finit par supplier:

- C'est vrai, c'est vrai j'avoue... J'ai pas été très sage aujourd'hui... Pardon... S'il te plait... 

Son Monsieur stoppa la fessée quelques instants: 

Je suis content de te  l'entendre dire... Je t'écoute qu'à tu à te reprocher..

- Monsieur pas ici..

Trois claques la faisant gémir s'abbatirent sur ses fesses

- Pourquoi ? tu as honte... C'est bien normal c'est le but... Et si j'étais vraiment honnête, Maitre Spanklee devrait lui aussi venir faire cuire ton petit derrière pour t'être mêler d'une punition qui ne te regardais pas... Alors je t'écoute dit il en lui assénant deux autres claques qui firnet bondirent ses petites fesses rouges fraises

- J'ai égaré les clefs... Du coup on était en retard... j'ai nargué Lee... Dit elle en faisant un gros effort sur elle même.

Trois autres claques s'abbatirent cette fois-ci sur ses cuisses, elle grimaça, et commençait à avoir une terrible envie de pleurer aussi. 

- Quoi d'autre ? 

- J'ai interrompu la punition que Maitre Spanklee donnais à Lee et je vous ai désobéi... 

- Bien maintenant si Maitre Spanklee veut bien se donner la peine, dit il en désignant les fesses de Lilou... 

Lilou se sentit paralysée, Maitre Spanklee s'approcha et lui assena deux claques sèches sur les fesses, honteuse, une larme roula sur la joue de Lilou... Alors son Monsieur la prit paisblement sur ses genoux, lui dit que c'était fini, qu'il était sur qu'elle avait compris. 

Et il l'embrassa fougueusement.

Après toutes ces péripéties, chacune pu remettre de l'ordre dans sa tenue, et les conversation reprirent bon train, non sans quelques taquineries des Maitres, sur l'état des fesses de leurs chipies. 

En fin d'après midi, Lilou et son Monsieur prirent congé, tout le monde était ravie de cette première après-midi. 

Et tandis que le Monsieur de Lilou racontais à Maitre Spanklee,de quel sévérité il avait du faire preuve pour que Lilou arrête de fumer, Lilou et Lee se firent en clin d’œil, en se jurant que la prochaine fois, elles leur préparaient un mauvais coup, et qu'au moins si elles se faisaient prendre, elles recevraient leurs fessées en même temps ! Elle éclatèrent alors de rires, chacun se firent une dernière bise, en se promettant de se revoir très vite. 












Voila un magnifique récit écris par ma coupine Lee .. Je ne regrettes vraiment pas d'avoir attendue !
Un gros gros gros énooooorme merci coupine tu as parfaitement cerner Lilou elle aurait réagis de la même manière face a cette injustice rires mais chut ne dis rien a ton maître hein ?
tu est une artiste Lee .. =)